Allez...un petit bilan ?

Alors me revoilà, à bloguer un 31 décembre, mon précédent message datant de juillet, quelle régularité, ça fait peur !

Mais je n'ai pas fermé ce blog, et j'en ai toujours besoin, parfois, de temps en temps...

J'en ai besoin dans ces moments où je dois travailler sur mon PC (bon, comme d'hab, ça finit par partir en live, ici ou ailleurs, et au final, je n'ai rien bossé du tout mais au moins, j'aurais écrit un article !).


Que de changements depuis juillet, enfin à mon échelle, parce que dans l'absolu, c'est pas non plus le tremblement de terre du siècle mais quand même...


Bref, ce nouveau poste d'abord...modeste, certes mais plein de challenges relationnels...des chausses-trappes pour mon psychisme et mon inconscient dans lesquels je me suis bien évidemment empressée de m'engouffrer : le chef bien mignon dont je tombe instantanément amoureuse (aucune conséquence dans la réalité : il en a strictement rien à foutre^^), ma collègue trop canon qui devient une obsession de jalousie, mon collègue agressif et moqueur qui me plonge dans des abîmes de haine de moi-même et dans des discussions à n'en plus finir avec F. et ma chère psy pour essayer de trouver un bon positionnement face à lui (je l'ai trouvé finalement et jusqu'à nouvel ordre, ça marche, il ne m'emmerde presque plus...).

Des rues parisiennes qui me plaisent de plus en plus malgré ma réticence du départ...mais qui me permettent de m'adonner à mon activité fétiche : marcher, flâner à pas perdus, la journée, le soir, la nuit, croiser les noctambules, assumer et aimer ma solitude de marcheur, de femme qui marche, qui sort seule, qui s'approprie d'une certaine manière l'espace public et pour son seul plaisir qui plus est...

Des collègues de mon ancien poste que je revois après mon départ et qui deviennent petit à petit des amis, timidement (pour moi), à petits pas,  autour de quelques séances de ciné, et d'une sortie inoubliable sur quelques montagnes russes...

Mes désirs de changement quand à ma vie de couple, l'envie de rompre de plus en plus pressante...un collègue (le chef j'ai lâché l'affaire !!) auquel je pense bien trop, malgré son âge, malgré les vies compliquées, et malgré surtout, et là encore, une indifférence de sa part pourtant bien manifeste... Encore une situation pas simple, pour mon copain avec qui je vis toujours lâchement, pour moi qui passe mes journées assise à, allez, 1,50 mètre de ce fameux cher collègue, en essayant de lutter, de me raisonner, de me contenir...qui réussie parfois l'exploit de me fâcher avec lui parce que mes tentatives pour attirer son attention sont puériles, maladroites et agressives, ce type que je considère pourtant comme l'un des plus gentils, agréables, intéressants et bienveillants que je connaisse...

Et comme beaucoup de gens que je lis ou que j'écoute, une envie de nature, de simplicité et d'absolu à la fois, une envie de s'éloigner des gens et des choses pénibles et de reconnaître aux gens et aux choses qui nous élèvent la place qu'ils méritent...

Et aussi peut-être un détachement vis-à-vis de beaucoup de choses qui confine parfois à l'indifférence, un détachement de la vie, du cours normal des choses (grandir, avoir des enfants, être à fond dans son boulot, dans son fric...non, je ne fais rien de tout ça) qui me happe souvent, de plus en plus, même si c'est difficile à expliquer clairement...Parce que autant mieux vaut se détacher de la matérialité des choses, autant en avoir plus rien à foutre de rien ni de la marche du monde est problématique...je devrais relire L'étranger de Camus pour me mettre un coup de pied aux fesses !

Bref, je ne fais pas dans l'originalité pour cette sorte de bilan, mais ça va mieux en le disant, comme toujours...

Je reviendrais sur cet espace dire comment ça à évolué avec mon cher collègue (vers du rien du tout très probablement), parce que c'est la chose qui m’obsède en ce moment (encore 1 semaine sans lui et il revient de congés).

J'ai lu une BD de Sophie Awaad ("Le mec du milieu") et dire que cette BD m'a parlée serait un euphémisme...Je ne sais pas si Sophie Awaad a résolu son problème d'obsession pour les hommes, mais moi, même à 30 ans passés, je suis toujours totalement dedans...


Et pour finir, je vais bassiner mon blog avec un truc avec lequel j'ai déjà suffisamment bassiné mes proches : le film "A ghost story" a l'air super, faut que j'aille le voir la semaine prochaine !



Commentaires